top of page

Les trois enchaînements en cascade pour se vautrer littéralement sur un dégradé à blanc :

Bon j’avoue le titre est violent mais qui ne l’a pas vécu et pour certains même,

ressenti avec cette intensité !

On voit sur internet, des gars qui claquent un dégradé à blanc en moins d’une minute ! Ça fait rêver et on imagine facilement, la bave aux lèvres, l’impact que ça aurait sur nos journées si nous étions capables !!!


Mais, si c’est si simple, pourquoi pas moi ?

De quoi ça vient ?

De la position de la tondeuse ? De son réglage ? Des cheveux du clients ? C’est truqué ? Il a un truc magique que je n’ai pas ? Je ne suis pas doué ? C’est un tueur ? Il fait ça depuis 10 ans ?

Rien à voir ! Même si ces questions ont un impact sur la rapidité d’exécution.


Le problème vient en premier de ce fameux enchaînement en cascade des trois pièges du dégradé à blanc. Pourtant, ils sont si faciles à éviter ! Oui je suis sérieux !


Le premier piège est, pour effacer cette barre ou cette tache qui ne part pas, d’en créer une nouvelle !

Comment ? En éclaircissant trop, créant une nouvelle barre ou tache trop claire.

Le deuxième piège est en fait une conséquence du premier, d'où l'expression en "cascade" : on remonte le dégradé d’un cran. Et petit à petit, on passe d’un dégradé bas à un middle fade et fatalement au hight fade tout en transpirant de la réaction du client qui n’a peut être encore rien vu 😂.

Le troisième piège, qui est toujours une conséquence des premiers, est de continuer de remonter et d’attaquer la couronne. En remontant trop haut on arrondit les bases de la coupe et c’est absolument éliminatoire (sauf pour les coupes tribales) ! On perd le charisme que la coupe est sensée sublimer au client et c’est catastrophique. De plus, un plateau (partie haute de la coupe), quel qu’il soit, ne peut bien rendre s’il n’est pas posé sur des bases solides. C’est à dire, des côtés droits et non arrondis.

Le clou du spectacle c’est un dégradé qui prend 45 min et qui termine trop haut avec, qui plus est encore quelques taches !

Bref, comment en sortir malgré les efforts de concentration, les réglages du matériel, l’achat de la dernière tondeuse magique du marché et une intoxication aux tutos sur internet.

La clé réside en premier lieu dans le process !!!!

Oui ! Le process est la clé d’une coupe réussie et qui fait la différence. C’est encore plus vrai en ce qui concerne le dégradé à blanc.

Et un bon process se reconnaît aux résultats réguliers et fiables qu’on obtient quand on le suit à la lettre !


Commences tu par le haut ? Le bas ?

As tu des repères à ne pas dépasser quand tu changes de sabot ? Tes mouvements et tes réglages tiennent ils compte des étapes de ton process où sont ils inspirés d’autres barbiers qui ont leur propre process ?


En fait, c’est le process qui détermine tous ces choix !


Grâce au process, on ne peut plus créer de nouvelles taches ou barres trop claires car les zones sont précisément définies. On ne peut, par conséquent, que respecter la hauteur initialement prévue et donc maintenir des côtés bien droits sans toucher la couronne.


Je me souviens de cette session dégradé à blanc avec Josh Lamonaca où j'ai été scotché par la magie et la puissance du process. Chaque étape du dégradé est simple et réalisée "bêtement" sans créativité (c'est pas le moment) ou quelque perfectionnisme appliqué trop tôt. Par exemple, le tracé de la couronne à 6mm, la ligne suivante à 4,5 etc sont posées comme des lignes de couleur sans chercher à faire un dégradé. L'effet dégradé n'est qu'un résultat de ces étapes appliquées simplement. Ça change tout ! Plus de risque d'empiéter sur les couleurs du dessus en cherchant trop tôt à améliorer l'effet dégradé.


En conclusion, le meilleur moyen d'éviter cet enchainement en cascade est d'opter pour un process ! Un découpage d'étapes simples qui amènent à un résultat.

Quand on coupe une pomme pour faire une tarte, on ne cherche pas à faire ressembler la pomme à une tarte ! C'est pareil pour une coupe et en l'occurence pour un dégradé.


Pour aller plus loin sur la notion de process, c’est un des points clés de notre journée sur le dégradé à blanc. Car une fois le process acquis et compris, il faut l'apprivoiser. Seule la pratique le permet.

Dans cette journée, nous te donnons non seulement un process qui fonctionne et les étapes pour le réussir facilement ainsi qu'un temps de pratique sur modèle pour t'approprier et bien intégrer les gestes et les étapes.

Tu obtiendras non seulement des dégradés plus précis, mais tu gagneras en maîtrise et surtout en timing !!! Imagines tout ce que ça pourrait changer et améliorer...


Pour en savoir plus sur cette journée, les autres points essentiels abordés et peut être même réserver ta place, clique ici.


Au plaisir !


58 vues0 commentaire

Comments


bottom of page